Quand la musique chorale réunit les deux rives de l'Outaouais

Actualités - Image d'intro

Il est souvent question, en Outaouais, des ponts routiers qui relient la rive québécoise à la rive ontarienne. Il en est parfois de musicaux et c’est de l’un de ceux-là qu’il s’agit ici.

Les 16 et 17 novembre, le Chœur classique de l’Outaouais se joignait à l’Ensemble Calixa-Lavallée, à l’Ensemble choral (Université d’Ottawa) et à la Chorale de l’Université d’Ottawa pour célébrer le 50e anniversaire de l’École de musique de l’Université d’Ottawa.

Les trois chœurs réunis pour cet événement mémorable.
Photo Richard Tardif

 

Quand la musique chorale réunit les deux rives de l’Outaouais

 

Il est souvent question, en Outaouais, des ponts routiers qui relient la rive québécoise à la rive ontarienne. Il en est parfois de musicaux et c’est de l’un de ceux-là qu’il s’agit ici.

Les 16 et 17 novembre, le Chœur classique de l’Outaouais se joignait à l’Ensemble Calixa-Lavallée, à l’Ensemble choral (Université d’Ottawa) et à la Chorale de l’Université d’Ottawa pour célébrer le 50e anniversaire de l’École de musique de l’Université d’Ottawa.

Sous l’égide de l’université et fruit d’une initiative de l’une de nos choristes, Micheline Beaudry-Somcynsky, cette expérience transfrontalière fut une réussite remarquable. Les concerts eurent lieu successivement à l’église St. Joseph d’Ottawa (samedi soir) et à l’église St-François-de-Sales de Gatineau (dimanche après-midi), lieu habituel des concerts du Chœur classique de l’Outaouais. La pièce de résistance, le spectaculaire Beatus Vir de Vivaldi pour deux chœurs et six solistes, et accompagnée au piano par Frédéric Lacroix, fut dirigée avec brio par Laurence Ewashko.

En première partie, chacun des chœurs participants avait offert une prestation sous la direction de leurs chefs respectifs. Le public a pu entendre un programme diversifié : Daley, Hall, Sirett, Estelle Storoschuk, Poulenc et Rutter, et des ensembles vocaux de taille différente. Le Chœur classique de l’Outaouais, sous la direction de Tiphaine Legrand, a interprété trois chansons françaises, Des pas dans l’allée et Les fleurs et les arbres de Camille Saint-Saëns ainsi que le Madrigal de Fauré, accompagnées par le pianiste Frédéric Lacroix. Ces pièces, toutes de poésie, de finesse et de délicatesse ont plu au public qui a noté la qualité de l’interprétation. Les membres du Chœur classique ont apprécié cette collaboration.

C’est une expérience toujours stimulante pour des choristes que de chanter au sein d’une masse chorale imposante et de travailler sous la direction de chefs différents. Après cette belle aventure automnale, le Chœur classique de l’Outaouais entend bien continuer de faire rayonner le chant choral en Outaouais.

Louis Perron, choriste du Choeur classique de l'Outaouais
 

Les chefs Laurence Ewashko et Tiphaine Legrand.
Photo Richard Tardif

 


 

Retour à la liste des nouvelles